02/04/2015

HHhH

HHhH 4.jpgQuatrième de couverture :

A Prague, en 1942, deux hommes doivent en tuer un troisième. C’est l’opération "Anthropoïde": deux parachutistes tchécoslovaques envoyés par Londres sont chargés d’assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo, chef des services secrets nazis, planificateur de la solution finale, "le bourreau", "la bête blonde", "l’homme le plus dangereux du IIIe Reich". Heydrich était le chef d’Eichmann et le bras droit d’Himmler, mais chez les SS, on disait : "HHhH". Himmlers Hirn heiβt Heydrich – le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich. Tous les personnages de ce livre ont existé ou existent encore. Tous les faits relatés ont été vérifiés. Mais derrière les préparatifs de l’attentat, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L’auteur, emporté par son sujet, doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, pourtant, mener l’histoire à son terme.

 

 

 

HHhH 3.jpgL’auteur : Laurent BINET

Nationalité : France

Né(e) à : Paris, le 19/07/1972

Biographie :

Laurent Binet est agrégé de lettres, professeur de français en Seine-Saint-Denis depuis dix ans et chargé de cours à l'université.

Il a participé notamment à la mise en place de la convention ZEP-Sciences Po. Avant d'enseigner en France, il a dispensé des cours de français dans une académie militaire en Slovaquie.

Il a également traduit un recueil de poésie tchèque (Prague aux doigts de pluie, de Nezval, à paraître chez L'Age d'homme). Musicien, il est également chanteur-compositeur du groupe Stalingrad.

Il écrit en 2000 un récit d'inspiration surréaliste, Forces et faiblesses de nos muqueuses (éd. Le Manuscrit). En 2004, il publie La Vie professionnelle de Laurent B. (éd. Little Big Man) qui témoigne de son expérience d'enseignant dans le secondaire à Paris et en région parisienne.

En 2010, a paru aux éditions Grasset HHhH (acronyme pour Himmlers Hirn heisst Heydrich, signifiant le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich), qui raconte la véritable histoire de « l'Opération Anthropoïde», au cours de laquelle deux résistants tchécoslovaques furent envoyés par Londres pour assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo et des services secrets nazis.

Il obtient le Prix Goncourt du Premier Roman le 2 mars 2010.

 

 

Mon avis :

Un très bon roman historique, prix Goncourt du premier roman en 2010. Je ne connaissais absolument pas les évènements qui y sont relatés, je connaissais le nom de Heyndrich sans vraiment savoir ni sa position ni son rôle dans les exactions des nazis. J’en sais beaucoup plus sur la position de la Tchécoslovaquie dans la guerre, sur le « boucher de Prague », sur la « bête blonde » et sa férocité.

Un portrait très réaliste et bien documenté sur Heyndrich lui-même et surtout sur ces 2 héros l’un tchèque, l’autre Slovaque qui ont réussi au prix de leur vie à supprimer un être malfaisant. J’y ai appris aussi le massacre du village de Lidice et de ses habitants, un village complètement rasé  sur ordre de Hitler, une erreur fatale qui allait démontrer encore un peu plus au niveau international le danger du 3ème reich.

J’ai moins aimé les remarques et justifications de l’auteur sur quelques scènes imaginées qui n’apportent rien et qui ne changent rien à l’histoire.

 

En marge du livre :

 

HHhH 2.jpgReinhard HEYDRICH

Reinhard Tristan Eugen Heydrich, né le 7 mars 1904 à Halle, Saxe, mort le 4 juin 1942 à Prague, Protectorat de Bohême-Moravie3, est un officier allemand, criminel de guerre nazi, SS-Obergruppenführer, directeur du Reichssicherheitshauptamt (RSHA) et Protecteur adjoint du Reich en Bohême-Moravie.

Adjoint direct de Heinrich Himmler, il joue un rôle important dans l'organisation de l'appareil répressif nazi et lors de l'élimination de la Sturmabteilung (SA) en tant que force politique, principalement lors de la Nuit des Longs Couteaux.

Il a également un rôle majeur dans l'organisation de la Shoah par la planification et le contrôle de l'activité des Einsatzgruppen, et lors de la conférence de Wannsee, qu'il préside le 20 janvier 1942.

Il meurt une semaine après avoir été victime d'un attentat organisé par la résistance tchèque. Son décès prive le régime nazi d'un dirigeant efficace. Depuis 1931, il est en effet l’un des maillons de la terreur nazie dans laquelle il joue un rôle déterminé et déterminant.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_Heydrich

 

HHhH 1.jpgOPERATION ANTHROPOÏD

 

L'Opération Anthropoïd est le nom de code de l'opération montée aux fins d'assassiner le dirigeant nazi Reinhard Heydrich, elle est planifiée par le Special Operations Executive, la branche du Secret Intelligence Service britannique qui soutenait la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le Slovaque Jozef Gabčík et le Tchèque Jan Kubiš ainsi que cinq autres soldats de l’armée tchécoslovaque en exil répartis en deux groupes sont parachutés par la Royal Air Force dans la nuit du 28 au 29 décembre 1941 en Tchécoslovaquie entre 2 h et 3 h du matin. À Prague, ils contactent des familles et des organisations de résistance qui les aident à préparer l’assassinat de Heydrich . L'action se déroule le 27 mai 1942 et Heydrich meurt quelques jours après des suites de ses blessures.

Reinhard Heydrich est à l'époque à la fois le chef du Reichssicherheitshauptamt (RSHA : l'office central de la sécurité du Reich, autorité de tutelle de la Gestapo), officier de la SS et investi du titre de Protecteur de Bohème-Moravie. Il est l'organisateur en chef de la Solution finale — le programme nazi d'extermination des Juifs d'Europe — et des Einsatzgruppen.

À la suite de son assassinat, le Reich mène des représailles violentes contre les populations civiles de la région, détruisant notamment le village de Lidice, ce qui provoque une forte émotion chez les Alliés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Anthropoid

 

Les commentaires sont fermés.