27/04/2015

LE PERIPLE DE BALDASSARE

Baldassare 1.jpgQuatrième de couverture :

 "Chacun de nous, à un moment ou à un autre, a envie d'entendre des choses qui sortent de l'entendement", confie Amin Maalouf dans un entretien.

Le rêve de Baldassare Embriaco, ce Génois d'Orient et négociant en curiosités, est de trouver un livre mystérieux qui contiendrait la clé du Salut du monde.

Un matin de 1665, donc, Baldassare quitte Gibelet et part affronter les affres de l'univers, sous la forme de tempêtes, de pirates ou de guerres. Il découvre aussi la grâce d'un amour qu'il n'attendait plus.

Sous la forme d'un journal, il raconte son périple, déclare la guerre au "sommeil de la raison", dans le monde comme en lui-même. Baldassare, le plus autobiographique des personnages d'Amin Maalouf, est le seul qui ose dire ses doutes et ses insuffisances.

Fidèle à son souci de crédibilité, Amin Maalouf mit six ans et lut plus de deux cents ouvrages pour écrire ce roman d'aventures baigné d'histoire ancienne. Ce romancier homérique, surnommé "M. Orient", compte plus d'un succès à son actif, notamment Samarcande ou Le Rocher de Tanios (prix Goncourt, 1993).

 

Baldassare 2.jpgL’Auteur : Amin Maalouf

Nationalité : Liban

Né(e) à : Beyrouth , le 25/02/1949

Biographie :

Amin Maalouf est un écrivain franco-libanais.

Amin Maalouf est le second de quatre enfants. Sa mère est originaire d'une famille de la montagne libanienne, famille d'enseignant par tradition depuis la génération des arrières grands-parents. Sa grand mère maternelle est turque et son grand-père chrétien mahorite.

Le père de Amin est, lui, le fils d'un pasteur presbytérien mais n'est pas pratiquant. C'est donc dans une mixité de religion que l'enfant à grandi.

Sur les souhaits de leur mère, les enfants sont envoyés à l'école catholique jésuite. C'est là que Amin va découvrir la langue française. Il poursuit ses études de sociologie à l'université française de Beyrouth.

Il entre comme journaliste pour le quotidien AN-Nahar et se spécialise dans l'actualité internationale. Il couvre l'Asie.

En 1971, il épouse Andrée, enseignante dans une école pour enfants sourds-muets. Ils auront trois enfants.

Dès le début de la guerre du Liban, il quitte Beyrouth pour la montagne, refusant de prendre parti dans ce conflit. En 1976, la famille quitte le Liban pour Paris. Il devient rédacteur en chef de Jeune Afrique.

Il rencontre son premier succès de librairie en 1986 avec le roman "Léon l'Africain", et décide alors de se consacrer à la littérature. Viennent ensuite les romans "Samarcande" et "Les Jardins de lumière". Il obtient en 1993 le prix Goncourt pour "Le Rocher de Tanios".

Il est membre de l'Académie Française depuis juin 2011. Le 14 juin 2012, il entre à la comédie française, Hector Biancotti étant décédé le 12 du même mois.

 

Mon avis :

J’avais choisi ce livre sur base de la renommée d’Amin Maalouf, prix Goncourt et écrivain à succès. Un premier livre de cet auteur que je me réjouissais de découvrir.

De prime abord, le sujet laissait augurer d’un roman passionnant, le récit se passe en 1665, or 1666 est l’année de la bête, voilà de quoi aviver les superstitions et le héros, Baldasare a en mains un livre qui contient le 100ème nom de Dieu (Allah), le livre du salut du monde.

Hélas la suite n’est qu’une suite d’anecdotes, de réflexions et de petites aventures que Baldasare tient dans un journal de bord. Jamais je n’ai réussi à être passionné par cette histoire, à un point tel qu’après 300 pages j’ai abandonné ce qui ne m’arrive que très rarement.

Peut-être est ce dû au fait que je sortais de 3 livres forts, de livres qu’on n’oublie pas. Dommage me voilà avec un a priori défavorable sur cet auteur qui mérite certainement mieux. Une deuxième chance plus tard ?

 

En marge du livre :

LE CENTIÈME NOM DE DIEU

Pas très passionnant non plus, mais pour ceux qui veulent en savoir plus voici ce que l'université catholique d'Angers en pense/

http://www.theolarge.fr/spip.php?article144

 

21:42 Publié dans Livre | Tags : roman, allah, amin maalouf | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.