29/07/2015

NE LE DIS A PERSONNE

coben 1.jpgQuatrième de couverture : Pédiatre, David Beck exerce dans une clinique pour le compte de Medicaid, structure sociale qui prend en charge les pauvres sans couverture sociale. Il aime son métier et l'exerce avec passion.

Mais sa vie a été brisée lorsque son épouse, Elizabeth, qu'il connaissait depuis l'enfance, fut assassinée par un tueur sadique qui marquait ses victimes au fer rouge.

Huit  ans après ce drame, il reçoit un étrange e-mail codé dont la clé n'était connue que de lui-même et d'Elizabeth. Abasourdi, David essaie de se souvenir des détails qui entourèrent l'assassinat de sa femme, dont le propre père, officier de police, identifia formellement le corps. Impatient, il guette le prochain message qui lui donne rendez-vous le lendemain.

En cliquant sur un lien hypertexte, il découvre alors le site d'une caméra de surveillance de rue et dans la foule, il voit, stupéfait, passer Elizabeth qui le regarde en articulant "Pardon, je t'aime"…

 

 

 

 

coben 2.jpegL’auteur : HARLAN COBEN

Nationalité : États-Unis

Né(e) à : Newark, New Jersey, États-Unis , le 04 janvier 1962

Biographie :

Harlan Coben est originaire du New Jersey, où il vit désormais avec sa femme et ses quatre enfants.

Diplômé en sciences politiques du Amherst College, il a travaillé dans une agence de voyages avant de se consacrer à l'écriture.

Depuis ses débuts en 1995, la critique n'a cessé de l'acclamer. Il est notamment le premier auteur à avoir reçu le Edgar Award, le Shamus Award et le Anthony Award, les trois prix majeurs de la littérature à suspense aux Etats-Unis.

Le premier de ses romans traduits en France, "Ne le dis à personne" (Belfond, 2002) – prix du polar des lectrices de Elle en 2003 et adapté au cinéma par Guillaume Canet en 2006 – a obtenu d'emblée un énorme succès auprès du public et de la critique.

Ce succès a été confirmé par ses ouvrages suivants : "Disparu à jamais" (2003), "Une chance de trop" (2004), "Juste un regard" (2005), "Innocent" (2006), "Promets-moi" (2007) et "Dans les bois" (2008), "Sans un mot" (2009), "Sans laisser d'adresse" (2010), "Faute de preuve" (2011).

A noter la parution en 2010 en France de "Sans un adieu", le premier livre de Coben, près de 20 ans après avoir été écrit.

En 2011, sort dans la série Myron Bolitar, "Sous haute tension" puis parution en 2012 de "A découvert", qui lance la série Mickey Bolitar.

 

 

Mon avis :  Harlan Coben est assurément un des maîtres du thriller, c’est captivant, haletant, pas de temps mort, du mystère et des rebondissements jusqu’au bout du suspense. Un de ces livres dont on a du mal à en sortir, toujours curieux de connaître la suite.

Des chapitres très courts qui font qu’on a envie de continuer encore et encore, beaucoup de rythme, bref un thriller passionnant que je ne peux que recommander aux amateurs de suspense.

Dans le genre, un très bon moment de lecture.

 

 

coben 4.jpgEn marge du livre : Le film

SYNOPSIS

Par une nuit d'été, Margot Beck, qui revient d'une baignade au clair de lune, est assassinée. Son mari Alexandre, qui s'est précipité pour lui porter secours après avoir entendu ses cris, est tabassé puis jeté à l'eau. Après plusieurs jours de coma, le pédiatre revient à la vie. Mais son épouse a disparu. Un temps soupçonné par les enquêteurs, il est finalement disculpé et le crime attribué à un tueur en série qui sévit dans la région. Depuis la tragédie, pas un jour ne passe sans qu'Alexandre Beck ne repense à cette nuit dramatique. Huit ans plus tard, il reçoit par mail une vidéo sur laquelle il reconnaît Margot, vivante. Un message accompagne le film : «ne le dis à personne»...

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 01/11/2006

Au vu du boiteux « Mon idole », son premier film en tant que réalisateur, on ne pensait pas Guillaume Canet capable d'adapter le best-seller haletant de l'Américain Harlan Coben. Première surprise, il réussit à transposer dans Paris et sa région l'enquête de ce pédiatre soudain confronté à la « résurrection » de sa femme, assassinée huit ans auparavant. S'il commet des maladresses de mise en scène (flash-back mièvres et lourdeurs dans le dénouement), ses courses-poursuites, en revanche, filmées au ras du périph, sont réalistes et accrocheuses. Surtout, en bon faiseur obéissant à la grande tradition du polar à la française, il sait s'en remettre à ses acteurs, triés sur le volet jusque dans les seconds rôles et les participations amicales : Kristin Scott Thomas, qui distille avec un aplomb irrésistible chacune de ses répliques de lesbienne bobo, François Berléand, idéal ersatz de Columbo, ou Nathalie Baye, explosive en avocate coriace. Bref, Guillaume Canet remplit son contrat.

Commentaires

Marcel

Si tu te souviens nous avons vus ce film ensemble;
Comme tu le sais j'adore ce genre de lecture suspens jusqu'au bout


.

Mais j'avais envie de lire le livre ,et je l'ai lu surtout pour comparer livre et film .


Et bien je peu dire que je n'ai pas été déçue .

Merci pour toutes ces explications très enrichissantes .

Sylvette

Écrit par : Sylvette | 05/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.