26/01/2016

LE DIABLE, TOUT LE TEMPS

Diable 1.jpgQuatrième de couverture : Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O'Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine.

De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s'entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu'il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s'il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin...
Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste
Roy, un prédicateur convaincu qu'il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé.

Donald Ray Pollock s'interroge sur la part d'ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d'une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

 

 


L'auteur : DONALD RAY POLLOCK

Diable 2.jpegNationalité : États-Unis
Né(e) à : Knockemstiff, Ohio , 1954
Biographie :

Depuis qu'il est adulte, il vit à Chillicothe (Ohio) où il a travaillé dans une usine de pâte à papier pendant trente deux ans en tant qu'ouvrier et conducteur de camions.

À 50 ans, il s'inscrit à des cours d'écriture créative à l'Université d'État de l'Ohio.

En 2008 est publié son premier ouvrage, un recueil de nouvelles intitulé "Knockemstiff". Durant la campagne présidentielle de 2008, le New York Times publie régulièrement ses dépêches sur les élections vues depuis le sud de l'Ohio.
En 2009, il remporte le PEN/Robert W. Bingham Prize et le Devil's Kitchen Award in Prose du Département d'Anglais de la Southern Illinois University Carbondale.

Son deuxième ouvrage, "The Devil All The Time" ("Le diable, tout le temps"), paraît en 2011. Publishers Weekly le considère comme l'un des dix meilleurs livres de l'année.
En France, il remporte notamment le Grand prix de littérature policière et le prix du Meilleur livre de l'année du magazine Lire en 2012, puis le Prix Mystère de la Critique en 2013 avec ce second roman.


Mon avis : accrochez-vous, un roman noir, très très noir. L'auteur nous emmène dans l'Amérique profonde, dans ces villes et villages reculés du monde, où tout le monde se connaît et où la religion a une place très importante.
Pollock nous présente une galerie de personnages plus tordus les uns que les autres, difficile d'avoir quelque empathie pour l'un ou pour l'autre. Des personnages sans scrupules, des salopards inimaginables, des pervers, des assassins sadiques, des prédicateurs lubriques, des pasteurs pédophiles, etc...
Ce récit est dérangeant tant les personnages sont abjects, un récit sordide, glauque et oppressant, pourtant quand on en commence la lecture on a du mal à s'en défaire. Le style est direct, clair et précis, il fait mouche à chaque coup, on l'avale un peu comme un alcool trop fort qui brûle l'estomac mais on en redemande.
L'âme humaine est bien mise à mal dans ce roman, le décor est fait de détritus, d'épaves rouillées, un véritable tableau de la misère humaine.
Ce roman a obtenu plusieurs prix dont celui du meilleur roman policier, personnellement j'ai du mal à le placer dans une catégorie tant il est atypique.
Un roman inoubliable.

"C'est un roman monstrueux qui se subit comme un fléau biblique dans une langue d'un autre temps. On n'a rien lu d'aussi dévastateur depuis des années" Le Figaro magazine.

"L'Amérique de Pollock ressemble à la fin du monde. Le romancier n'excuse ni rejette ses personnages, il les regarde simplement s'empêtrer dans une existence qui commence mal et finit dans la sauvagerie" Télérama


En marge du livre : KNOCKEMSTIFF

Diable 3.jpgI wish I had more to show you of Knockemstiff, which is possibly Ohio's weirdest-named town. It's located just west of Chillicothe and was reported on in Randy McNutt's book Ghosts, as well as more than one essay I've read in local interest travel guides and history books. The name is just too weird to be believed.

I visited Knockemstiff with my girlfriend and my friend Jesus in early March of 2001. We weren't expecting much, and we didn't find it. Knockemstiff is a true ghost town; there's no main street, no side streets--nothing. It's located roughly near a rural intersection. There's no post office, no store, not even the bar McNutt describes in his book. The people who live there didn't move to Knockemstiff, Ohio; they moved to the country.

http://www.forgottenoh.com/GhostTowns/knockemstiff.html

 

 

Les commentaires sont fermés.