27/03/2016

3000 CHEVAUX VAPEUR

3000 chevaux 1.jpgQuatrième de couverture : Birmanie, 1852. Arthur Bowman, sergent le la Compagnie des Indes orientales est choisi pour accomplir une mission secrète durant la 2e guerre anglo-birmane. Mais l’expédition tourne mal et les hommes sont capturés et torturés pendant plusieurs mois. Seuls dix d’entre eux en sortiront vivants.

Londres, 1858. Alors qu’il se noie dans l’opium et l’alcool, luttant avec ses fantômes, Bowman découvre dans les égouts le cadavre d’un homme mutilé. La victime semble avoir subi les mêmes sévices que ceux qu’il a endurés dans la jungle birmane.

Persuadé que le coupable est l’un de ses anciens compagnons de captivité, Bowman décide de partir à sa recherche. Une quête qui s’achèvera douze ans plus tard, en 1864, sur les rives d’un autre continent.

À l’Ouest. Où une autre guerre a éclaté. Le chemin qui le mènera à la vérité sera aussi celui de sa rédemption.

 

 

 

 

 

L'auteur : ANTONIN VARENNE

3000 chevaux 2.jpgNationalité : France

Né à : Paris , 1973

Biographie : Né à Paris, Antonin Varenne n’y restera que quelques mois avant d’être enlevé par ses parents pour vivre aux quatre coins de France, puis sur un voilier. Il n’y reviendra qu’à vingt ans, pour poursuivre des études à Nanterre.

Après une maîtrise de philosophie (Machiavel et l’illusion politique), il quitte l’Université, devient alpiniste du bâtiment, vit à Toulouse, travaille en Islande, au Mexique et, en 2005, s’arrime au pied des montagnes Appalaches où il décide de mettre sur papier une première histoire.

Revenu en France accompagné d’une femme américaine, d’un enfant bilingue et d’un chien mexicain, il s’installe dans la Creuse et consacre désormais son temps à l’écriture.  Après "Fakir" en 2009, Antonin Varenne remporte les prix Quais du polar-20 minutes 2012 et le 8e Prix Jean Amila/Meckert 2012 pour "Le mur, le Kabyle et le marin".

"Trois mille chevaux-vapeur" est lauréat du prix littéraire de l'Archipel, "récits de l'ailleurs", Saint-Pierre et Miquelon, 2015.

 

Mon avis : j'avais eu l'intention de qualifier ma lecture précédente, "l'invention de nos vies", de roman pour femmes, ce qui ne veut absolument rien dire, je me suis donc abstenu. Avec ce roman j'ai vraiment envie de dire voilà un roman d'hommes, un roman dur, impitoyable qui plaira à tous les amateurs de roman d'aventures.

C'est à la fois un roman de guerre, un western, un thriller et un roman d'amour, Antonin Varenne a réussi à mêler tous les genres avec une maîtrise exceptionnelle.

Il nous emmène de la guerre de Birmanie au Far West en passant par Londres. On y trouve tout dans ce roman, les atrocités et tortures  de la guerre, la ruée vers l'or, les pionniers, les communautés religieuses, les mormons, les grands espaces américains, les indiens, les chevauchées et poursuites, les diligences, le désert aride, les pendaisons, les chevaux sauvages, mais aussi l'amitié, la solidarité et l'amour.

Le héros Arthur Bowman, si on peut appeler cet homme un héros, est un vrai dur, il a souffert et fait souffrir, il a tué, comme ses 10 compagnons qui ont survécu à de longs mois de tortures dans la jungle Birmane, il s'en est sorti écorché vif, avec de graves problèmes physiques et psychologiques, pourtant petit à petit tout au long de cette quête, on se prend à l'apprécier, à le soutenir et à espérer qu'il arrive à son but.

J'ai beaucoup apprécié également les  références historiques qui apparaissent çà et là au gré du récit, j'en évoquerai dans le chapitre "en marge du livre".

Ce roman fait 600 pages, il n'est jamais ennuyeux, le style de l'auteur est précis, les descriptions suffisantes pour se sentir véritablement dans le décor. La fin du roman tout à fait imprévisible, le suspens dure jusqu'au bout, m'est apparue un peu moins cohérente, pour moi c'est le passage un peu plus faible de ce grand roman d'aventures, comme si 'auteur avait eu quelques difficultés à terminer son récit.

Un vrai plaisir de lecture, un plaisir comme j'en avais quand étant adolescent je lisais des "Bob Morane" mais la comparaison s'arrête là.

 

 

En marge du livre : les références historiques sont nombreuses dans ce roman, je pourrais évoquer la guerre anglo- birmane, la guerre de sécession , la Compagnie des Indes Orientales ou encore les Comanches, finalement j'ai retenu deux faits dont j'ignorais l'existence.

 La Grande puanteur de Londres :

 3000 chevaux 3.jpgDurant l'été 1858, la Tamise est à niveau très bas, tandis que la température est élevée. Ainsi, les excréments occupent tout le volume du fleuve et la chaleur permet aux bactéries de se développer, produisant une odeur épouvantable, paralysant la ville de Londres. Cet épisode, connu sous le nom de La Grande Puanteur, a entraîné la construction d'égouts dans la capitale britannique, ainsi qu'une nouvelle politique en matière d'hygiène.

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Puanteur

 

 

 

Charles Fourier :

3000 chevaux 4.jpgLa quête de Fourier est celle d’une harmonie universelle. Il présente sa théorie comme résultant d’une découverte scientifique dans le domaine passionnel, parachevant la théorie de la gravitation d’Isaac Newton dans le domaine matériel.

Charles Fourier considère ainsi que l’attirance naturelle des humains pour l’activité et la vertu est totalement entravée et pervertie par le travail, un état où l’homme s’impose à regret un supplice, et par la morale, cette mortelle ennemie de l’attraction passionnée.

Il propose donc, après mûrs calculs et réflexions, ces sociétés idéales composées d'une phalange de 1 620 individus de tous âges, nommées phalanstères, où chacun s’active dans de multiples groupes fréquentés successivement dans la journée. Les groupes principaux sont appelés des séries, constituées de gens réunis passionnément par identité de goût pour quelque fonction. L’intégration dans le groupe est réalisée en toute liberté et par choix réciproque, comme de nos jours se constituerait un orchestre amateur ambitieux.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Fourier

 

Écrire un commentaire