03/09/2016

LE NORD, C'EST L'EST

Gras 1.jpgQuatrième de couverture : Cédric Gras le dit et ne se l'explique pas, il est attiré par les territoires hostiles qui s'ingénient à repousser les rares voyageurs plutôt qu'à les séduire. C'est un fait, et son regard de géographe singulier n'a pas d'équivalent. Plus intrigante encore cette découverte que le Nord russe se trouve en réalité à l'Est et qu'il faudrait faire pivoter la carte du pays pour tenter de le comprendre. De la Carélie au fleuve Amour, de la Crimée à la mer du Japon, des immenses steppes de Mongolie à Magadan, l'auteur a parcouru des milliers de kilomètres pour aller à la rencontre des archipels humains perdus que le pouvoir exploite à coups de décrets depuis l'époque soviétique.

Les "territoires du Nord et assimilés" correspondent souvent à ce que fut l'Archipel du Goulag : des zones perdues de steppe, de taïga et de montagnes, improbables contrées, plus que rudes, où l'alcool tient lieu de mode de vie et où se côtoient les mille groupes ethniques composant la Fédération de Russie. Fleuves inconnus, villes condamnées qui deviendront la cible des Mig à l'entraînement, champs de neige et de gel...

L'Occidental curieux croit parfois connaître la Russie : il ne pourra qu'être sidéré à la lecture de ces lignes.

 

 

 

L'auteur : Cédric GRAS

 

Gras 2.jpgNationalité : France

Né(e) à : St Cloud , 1982

Biographie :

Cédric Gras a suivi des études de géographie entre Paris, Montréal et Pondichéry, avec quelques coupures pour des voyages au long cours et des expéditions.

Après une année à Omsk en Sibérie et trois ans à Vladivostok, où il a fondé l’Alliance française locale, il a entrepris, entre l’INALCO (Institut National des Langues et des Civilisations Orientales) et l’Université de Moscou, une thèse de doctorat intitulée « l’Extrême-Orient russe et les Russes d’Extrême-Orient : les conditions d’un établissement durable ».

Il a été récompensé en 2004 par une bourse de la vocation de la fondation Marcel Bleustein-Blanchet. Il crée et dirige l'Alliance française de Donetsk, à l'est de l'Ukraine, de 2011 à l'été 2014, où l'Alliance française est fermée à cause du conflit dans l'Est ukrainien, puis reprends l'Alliance française de Karkhov en décembre 2014.

De ces années à Vladivostok, il a fait un récit sur la réalité de la région : Vladivostok, neiges et moussons.

 

Mon avis : Je pensais vivre un récit plein de surprises et de découvertes dans des régions méconnues, la déception est à la mesure des mes attentes, je n'ai rien trouvé de passionnant dans ce récit sibérien. Jamais je n'ai pu entrer dans ce périple, jamais je n'ai pu imaginer ces contrées lointaines et inconnues. Je pense que le style de l'auteur ne me convient pas, pas assez imagé, pas assez sensible, les sentiments, s'il y en a, ne passent pas. J'ai eu l'impression de lire un simple carnet de route dans lequel il manque les photos. Je l'ai ressenti comme un récit ennuyeux que j'ai abandonné avant la fin car je n'en attendais plus rien.

Monsieur Gras, je regrette beaucoup mais ce récit m'est apparu bien maigre.

 

 

En marge du livre : Sur les traces d'Anton Tchekhov : son Sakhaline, 123 ans plus tard

gras 3.jpgL'île riche en pétrole et en gaz n'est plus la colonie pénitentiaire tsariste, mais elle garde des traces de cette brève période où le grand écrivain résidait sur Sakhaline. La Russie d'Aujourd'hui vous propose de revivre ce voyage et de comprendre les motivations du grand écrivain pour réaliser ce périple.

 

 

https://fr.rbth.com/tourisme/2013/0726sur_les_traces_danton_tchekhov_son_sakhaline_123_ans_plus_tard_24777

Écrire un commentaire