16/01/2017

LE DERNIER JUIF

Juif 1.jpgQuatrième de couverture : "Il s'adressa au Tout-Puissant, non pas en l'implorant, mais en l'interpellant avec fureur : Quel est donc ce dessein divin qui conduit tant de mes frères à leur perte ? Et à quelle fin as-Tu fait de moi le dernier juif d'Espagne ?"

  1. L'Inquisition s'abat sur l'Espagne, décimant les juifs du royaume. L'un d'eux, Yonah, porte sur l'Histoire un regard lucide d'enfant meurtri, témoin de la disparition des siens.

Cette épopée romanesque nous conduit des plaines arides de Castille à la "Montagne sacrée" de Grenade, du détroit de Gibraltar aux blancs sommets des Pyrénées.

Fresque flamboyante, Le dernier juif est un passionnant voyage semé de rebondissements haletants et d'intrigues entrecroisées. Cette grande fable savamment orchestrée, hymne à l'amour et à la tolérance, dessine avec force le destin d'un héros pour incarner la mémoire de son peuple.

Noah Gordon

Auteur acclamé du Médecin d'Ispahan, best-seller international, Noah Gordon est un véritable phénomène d'édition. Le dernier juif est l'un des dix romans les plus vendus au monde.

 

 

Juif 2.jpegL'auteur : Noah GORDON

Nationalité : États-Unis

Né(e) à : Worcester (Massachusetts) , le 11/11/1926

 

Noah Gordon est un romancier américain.

Il a été journaliste scientifique, directeur de journaux médicaux.

Les thèmes principaux développés dans ses romans sont l’histoire et l’éthique médicale et plus récemment l’Inquisition et l’histoire de la culture juive.

Il vit avec sa femme Lorraine dans une exploitation forestière des monts Berkshire, à l’ouest du Massachusetts.

 

Mon avis : Un très bon roman historique sur fond d'inquisition espagnole et plus particulièrement sur l'expulsion des juifs en 1492.

Aucun temps mort, aucune longueur, il se passe toujours quelque chose, une belle épopée, passionnante du début à la fin, un plaidoyer pour la tolérance.

Un roman plein de rythme, de cours chapitres, une écriture simple, l'auteur réussit à nous captiver avec l'histoire du dernier juif dans un climat de terreur et d'horreur.

 

En marge du livre : Expulsion des juifs d'Espagne

juif 3.jpgLe samedi 31 mars 1492, la reine Isabelle de Castille et son mari Ferdinand d'Aragon signent un édit par lequel ils laissent aux juifs d'Espagne jusqu'au 31 juillet pour se convertir ou quitter le pays.

Plus d'une centaine de milliers de juifs et de marranes (faux convertis) choisissent l'exil. Ils s'établissent dans les États musulmans d'Afrique du Nord, à Salonique, cité grecque sous souveraineté ottomane, ou encore au Portugal voisin ou dans les États du pape, où leur sécurité est assurée ! Ils restent connus sous le nom de «sépharades», mot qui désigne l'Espagne dans leur langue dérivée de l'hébreu, le ladino.

Quelques marranes du Portugal s'installeront plus tard dans le Bordelais (parmi eux les ancêtres de l'écrivain Michel de Montaigne), d'autres en Hollande (parmi eux les ancêtres du philosophe Spinoza). Le décret d'Isabelle et Ferdinand sera aboli le 5 juin 1869 par un article de la Constitution espagnole.

http://www.lemonde.fr/ete-2007/article/2007/08/02/l-expul...

Les commentaires sont fermés.