04/02/2017

UN LONG CHEMIN VERS LA LIBERTE

Mandela 1.jpgQuatrième de couverture : Commencés en 1974 au pénitencier de Robben Island, ces souvenirs furent achevés par Nelson Mandela après sa libération, en 1990, à l'issue de vingt-sept années de détention.

Rarement une destinée individuelle se sera aussi étroitement confondue avec le combat d'un peuple et le devenir d'une nation. Né et élevé à la campagne, dans la famille royale des Thembus, Nelson Mandela gagne Johannesburg où il va ouvrir le premier cabinet d'avocats noirs et devenir un des leaders de l'ANC. Dès lors, à travers la clandestinité, la lutte armée, la prison, sa vie se confond plus que jamais avec son combat pour la liberté, lui conférant peu à peu une dimension mythique, faisant de lui l'homme clef pour sortir son pays, l'Afrique du Sud, de l'impasse où l'ont enfermé quarante ans d'apartheid.

Document majeur sur un des grands bouleversements de la fin du xxe siècle, ce livre est aussi le témoignage d'un combat exemplaire pour la dignité humaine.

 

 

 

 

 

L'auteur : Nelson MANDELA

 

Mandela 3.jpgNationalité : Afrique du Sud

Né(e) à : Mvezo (Afrique du Sud) , le 18/07/1918

Mort(e) à : Johannesburg , le 05/12/2013

 

Nelson Rolihlahla Mandela, né le 18 juillet 1918 à Mvezo dans le bantoustan du Transkei en Afrique du Sud, actuel Cap-Oriental, est l'un des meneurs historique de la lutte contre le système politique d'apartheid en Afrique du Sud, et président de la république sud-africaine de 1994 à 1999, à la suite des premières élections générales non ségrégationnistes de l'histoire du pays.

Nelson Mandela intègre l'African National Congress (ANC) en 1944 afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. A partir de 1948, il participe à la lutte non-violente contre les lois de l'apartheid qui commencent à être mises en place par le nouveau gouvernement sud-africain afrikaner. Cette lutte ne donnant pas de résultats tangibles, il fonde et dirige la branche militaire de l'ANC, le Umkhonto we Sizwe, en 1961 et commence une campagne de sabotage. Arrêté par le gouvernement sud-africain, grâce à l'aide de la CIA, il est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité mais est relâché 27 ans plus tard. Il est devenu entre temps une célébrité bénéficiant d'un soutien international, symbole de la lutte pour l'égalité raciale.

Après sa sortie de prison en 1990, Mandela soutient la réconciliation et la négociation avec le pouvoir afrikaner et en 1993, il reçoit avec le président sud-africain de l'époque, Frederik Willem de Klerk, le Prix Nobel de la paix pour leurs actions en faveur de la fin de l'apartheid et l'établissement d'une démocratie multiraciale dans le pays.

Élu premier président noir d'Afrique du Sud, il continue avec succès la politique de réconciliation nationale mais néglige la lutte contre le SIDA très présent en Afrique du Sud, et après un mandat annonce sa retraite de la vie politique. Nelson Mandela continue depuis le combat contre le SIDA qui lui a fait perdre un fils et est une personnalité mondialement écoutée au niveau des droits de l'homme.

 

Mon avis : Tout récemment, après avoir lu une biographie, un ami écrivait ceci : "Pourquoi aime-t-on les biographies ? Est-ce pour comparer l’insignifiance de nos petites vies face aux destins extraordinaires de personnages illustres ? Ou bien simplement l’envie de mesurer l’importance d’un choix au carrefour d’une existence ?"

 

Des propos qui cadrent particulièrement bien avec la lecture de cette autobiographie de Nelson Mandela. Un grand monsieur qui a sacrifié toute sa vie pour la liberté de son peuple, devant ce destin on ne peut que se sentir tout petit.

mandela 5.pngA la fin de cette narration très détaillée et relatée avec toute sa modestie, il dit ceci :

"... C'est alors que j'ai rejoint le Congrès National Africain, et c'est alors que ma faim de liberté personnelle est devenue faim de liberté pour mon peuple. C'est ce désir de liberté pour que mon peuple vive sa vie dans la dignité et la fierté qui a transformé un jeune homme effrayé en quelqu'un d'audacieux, qui a conduit cet avocat respectueux des lois à devenir un criminel, qui a transformé un mari aimant sa famille en errant, qui a obligé un homme amoureux de la vie à vivre en moine. Je n'ai pas plus de vertu ni d'abnégation qu'un autre, mais j'ai découvert que je pouvais pas profiter des pauvres libertés limitées qu'on m'autorisait, alors que je savais que mon peuple n'est pas libre. La liberté est indivisible; les chaînes que portait un de mes compatriotes, tous les portaient, les chaînes que tous portaient, je les portais.

C'est au cours de ces longues années solitaires que la faim de liberté pour mon peuple est devenue faim de liberté pour tous, Blancs et Noirs. Je savais parfaitement que l'oppresseur doit être libéré tout comme l'oppressé. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l'étroitesse d'esprit. Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté, tout comme je ne suis pas libre si l'on me prive de ma liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité."

Quelle leçon par rapport à tout ce qui se passe actuellement dans le monde !

 

En marge du livre :

Nelson Mandela : quel avenir pour la politique sud-africaine, désormais privée de sa caution morale ?

Nelson Mandela, mort jeudi soir à 95 ans , a été le symbole fort de l'Afrique du Sud. Il a lutté contre l'Apartheid avant de devenir le Président de la République d'Afrique du Sud. Il n'est plus au pouvoir depuis juin 1999, quel a été son impact sur le plan politique ? Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

Paul Coquerel : Nelson Mandela a conduit son pays, à travers un processus de négociation, à instaurer un système démocratique et dans le même temps à mettre définitivement fin à l’Apartheid.

Ce qui l’en reste aujourd’hui, c’est évidemment, une société sud-africaine démocratique. Le pays possède l’une des constitutions les plus complète et libérale au monde. Nelson Mandela a réussi à faire de ce pays, non pas une nation, mais un espace où cohabitent plusieurs nations.

La personnalité de Mandela se confond avec l’histoire du XXe siècle de l’Afrique du Sud. On ne peut comprendre sa personnalité et son action sans une vision globale l’histoire du pays. L’Afrique du Sud a hérité de 350 années de conflits, de racisme, d’injustice.

Il faut laisser le temps au peuple sud-africain, et être optimiste quant à son futur sans être naïf.

http://www.atlantico.fr/decryptage/nelson-mandela-quel-av...

 

Les commentaires sont fermés.