15/02/2017

1000 SOLEILS SPLENDIDES

soleil 1.jpgQuatrième de couverture : Après l'immense succès des Cerfs-volants de Kaboul: le nouveau roman de Khaled Hosseini. Sur fond de chaos et de violence dans un Afghanistan déchiré par cinquante ans de conflits, l'histoire bouleversante de deux femmes dont les destins s'entremêlent, un chant d'amour poignant à une terre sacrifiée et à une ville : Kaboul.

Forcée d'épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un fils. Après dix-huit années de soumission à cet homme brutal, elle doit endurer une nouvelle épreuve : l'arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quatorze ans. Enceinte, Laila met au monde une fille. D'abord rongée par la jalousie, Mariam va finir par trouver une alliée en sa rivale. Toutes deux victimes de la violence et de la misogynie de leur mari, elles vont unir leur courage pour tenter de fuir l'Afghanistan.

Mais parviendront-elles jamais à s'arracher à cette terre afghane sacrifiée, et à leur ville, Kaboul, celle qui dissimulait autrefois derrière ses murs "mille soleils splendides"?

Afghanistan, de 1959 à 2003, à travers cinquante ans d'une histoire dramatique, agitée par le conflit contre les Russes, les guerres civiles incessantes, et pour finir le régime taliban, qui a fait de ce pays ce qu'il est aujourd'hui

 

 

L'auteur : Khaled HOSSEINI

soleil 2.jpgNationalité : Afghanistan

Né à : Kaboul , le 04/03/1965

Biographie :

Cadet de cinq enfants, fils d’un diplomate et d’une professeur de farsi, Khaled Hosseini a passé son enfance en Iran, puis à Paris, déménageant au gré des affectations de son père fixées par le ministère afghan des Affaires étrangères. En 1980, alors que l’Afghanistan est occupé par l’armée soviétique, les Hosseini obtiennent le droit d’asile aux États-Unis et s’installent à San Jose, en Californie. Après une licence de biologie et des études de médecine, Khaled Hosseini devient interne au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles en 1996, où il exerce toujours.

En 2001, parallèlement à la pratique de la médecine, il commence l’écriture de son premier roman. Le livre sort en 2003 aux États-Unis, sous le titre "Les Cerfs-volants de Kaboul", et bénéficie alors d’un extraordinaire bouche à oreille. Livre culte acclamé par la critique, vendu à 8 millions d’exemplaires dans le monde, ce phénomène de l’édition internationale a remporté un immense succès en France, où il a été récompensé par le grand prix des Lectrices de Elle en 2006.

Son deuxième roman, "Mille soleils splendides", s’est classé dès sa sortie sur les listes des meilleures ventes aux États-Unis et en Europe.

Marié et père de deux enfants, Khaled Hosseini vit actuellement dans le nord de la Californie et a été nommé ambassadeur par l’agence des Nations unies pour les réfugiés, l’UNHCR, en 2006. D'ailleurs, il fait l'éloge de l'UNHCR dans l'épilogue de son deuxième roman, A Thousand Splendid Suns (Mille soleils splendides), en tant qu'envoyé de bonne volonté de cette organisation.

En 2011, la sortie de l'adaptation graphique des célèbres "Les Cerfs-volants de Kaboul" offre la possibilité au public de découvrir, ou de redécouvrir, ce best-seller de la littérature contemporaine, illustré par Fabio Celoni et Mirka Andolfo.

Après une attente fébrile de six ans, la parution de son troisième roman, "Ainsi résonne l’écho infini des montagnes", a été saluée dans de nombreux pays comme un des plus grands événements éditoriaux récents.

 

 

Mon avis : je prétends souvent qu'un bon film ou un bon livre doit provoquer chez moi des émotions, quelles qu'elles soient. Et avec ce roman, j'ai été servi au point d'avoir parfois la gorge serrée et le ventre noué, parfois j'ai dû interrompre ma lecture tant l'émotion était importante..

L'auteur nous narre avec beaucoup de simplicité et de réalisme le tragique destin de deux femmes afghanes mariées dès leur prime adolescence à un homme brutal et sans respect. La narration est sensible et précise à tel point qu'on a vraiment l'impression de partager le quotidien de ces malheureuses. J'ai vécu avec ces deux femmes, le triste sort des femmes afghanes, l'horreur de la guerre, la brutalité des hommes, les brimades,  la famine, la détresse, la bestialité des Talibans, les us et coutumes du temps passé d'une société inégalitaire, les châtiments incroyables, les cris, les pleurs et malgré tout la tendresse et l'espoir.

L'histoire se déroule principalement à Kaboul durant une période d'une cinquantaine d'années, depuis la guerre entre les soviétiques et les mouhahidjins,  ensuite la prise de pouvoir par les Talibans, l'assassinat de Nadjibullah, l'assassinat de Massoud dit « le Lion du Pandjchir », le pouvoir des seigneurs de guerre, soit l'histoire tragique de l'Afghanistan de 1960 jusqu'à nos jours.

Après cette lecture on n'est pas étonné que des millions d'afghans ont fui leur pays pour se réfugié principalement au Pakistan.

Un roman réellement bouleversant et poignant qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Le titre du roman est extrait d'un poème de Saib-e-Tabrizi (XVIIème siècle) qui évoque Kaboul ainsi :

"Nul ne pourrait compter les lunes qui luisent sur ses toits,

Ni les mille soleils splendides qui se cachent derrière ses murs."

 

 

 

En marge du livre :

La destruction des bouddhas de Bamiyan aurait-elle pu être évitée ?

soleil 5.jpgSculptés à même la falaise par les premiers bouddhistes, les deux bouddhas de Bamiyan dominaient, du haut de leurs 55 et 38 mètres, la vallée fertile du même nom depuis le Ve siècle, au centre de l'Afghanistan. Majestueux, ils auront été vénérés, parfois craints, mais toujours respectés par les habitants de la région et les voyageurs en route pour l'Europe ou l'Asie. Leurs visages avaient bien déjà été endommagés, mais les deux bouddhas étaient toujours là, plus de 1 500 ans après leur construction. Peut-être étaient-ils même un peu tombés dans l'oubli durant les années de conflits, avant de devenir un enjeu entre la communauté internationale et le mollah Omar, le chef des talibans, qui ordonna leur destruction au mois de février 2001.

http://www.lemonde.fr/culture/article/2004/10/05/la-destr...

 

 

 

Commentaires

Connaissant ta sensibilité, je sens nettement l'émotion transparaître dans ton commentaire. Et la tentation est grande de lire le roman ! Je le note donc "à lire" lorsque j'aurai le courage d'affronter les situations dramatiques dont tu parles.

Écrit par : Arletten | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

Je vais le retenir aussi. J'aime déjà beaucoup le titre.

Écrit par : Rylou | 20/02/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.