05/03/2017

LA SCRIBE

Scribe 1.jpegQuatrième de couverture : Et si une jeune scribe tenait entre ses mains le destin de l'Occident ?

Franconie, an 799, à la veille du sacre de Charlemagne. Fille d'un célèbre scribe byzantin, Theresa est apprentie parcheminière. Contrairement aux jeunes femmes de son âge, dont le rêve est de fonder une famille, elle n'aspire qu'à une chose : vivre parmi les livres. Mais un drame l'oblige à quitter sa ville et à se réfugier dans la cité abbatiale de Fulda. Là, elle devient la scribe du moine Alcuin d'York, véritable Sherlock Holmes en robe de bure. Alors que Theresa l'assiste dans ses enquêtes, elle découvre que, dans sa fuite, elle a emporté à son insu un précieux parchemin qui pourrait bien sceller l'avenir de la chrétienté...

A travers les aventures de Theresa, jeune femme hors norme et attachante, La Scribe évoque une page décisive du christianisme au Moyen-âge. Coups de théâtre, érudition et étonnants personnages fictifs ou réels sont les ingrédients de ce roman historique au rythme trépidant.

 

 

 

 

L'auteur : Antonio GARRIDO

Scribe 2.jpegNationalité : Espagne? Né à : Linares , 1963

Biographie :

Antonio Garrido est un écrivain espagnol, auteur de romans policiers historiques.

Il enseigne à l'université de Valence.

Passionné d'histoire, il a consacré sept ans de sa vie, ponctués de nombreuses recherches en Allemagne, à l'écriture de son premier roman, "La scribe", devenu rapidement best-seller dans son pays.

"Le lecteur de cadavres" est son second roman. "Le dernier paradis" reçoit, en 2015, le "Premio Fernando Lara de Novela".

 

 

Mon avis : Après la lecture du "Lecteur de cadavres", j'avais envie de découvrir un autre roman de Antonio Garrido, mon choix s'est porté sur son premier roman qui avait obtenu un succès certain.

Je pensais découvrir un roman historique comme je les aime, basé sur des références solides et intéressantes. De ce côté je suis assez déçu car si références historiques il y a, elles ne servent comme le dit Garrido lui même en postface : "qu'à fournir le décor, le vernis qui fait briller les personnages, l'emballage qui les rend vraisemblables."

Evidemment ce n'est pas présenté ainsi dans le quatrième de couverture.

L'histoire se situe au moyen-âge sous le règne de Charlemagne qui n'est pas encore empereur et que le parchemin "La donation de Constantin" (j'avoue que je ne connaissais pas cette histoire) pouvait tout remettre en question.

Le fond est donc assez intéressant, mais au lieu d'un roman historique on a plutôt en main un polar moyenâgeux qui tient la route, un roman aux multiples rebondissements et qui jamais n'est ennuyant.

Ce qui m'a un peu dérangé c'est que l'héroïne, une jeune fille de 15 ans se sort miraculeusement de toutes les situations désespérées, elle est plus intelligente que tout le monde, elle trouve toutes les solutions, elle pleure et se fâche quand elle veut et en plus elle est assez jolie, une espèce de James Bond girl avant l'heure. C'était déjà un peu le cas avec le héros du "lecteur de cadavres".

Comme dans ce deuxième roman, on sent que l'auteur s'est beaucoup documenté, dommage que ses connaissances dont il veut faire profiter le lecteur ne sont pas bien exploitées, elles apparaissent dans des digressions et bavardages ce qui les rend ennuyeuses. 

Ne nions pas que l'auteur sait accrocher ses lecteurs, l'histoire démarre dès les premières lignes du roman et cela reste palpitant jusqu'à la fin. Il faut simplement jouer le jeu, oublier les invraisemblances et grosses ficelles, et cela reste agréable à lire. Un roman moins abouti que le "Lecteur de cadavres".

 

 

 

En marge du roman : La donation de Constantin

Scribe 3.jpgLa donation de Constantin, selon la légende, est un acte par lequel l'Empereur Constantin I° accordait au pape l'autorité sur Rome, l'Italie et tout l'Occident.

Ce texte, censé dater du IV° siècle, ne fut toutefois utilisé par la papauté que bien plus tard, à compter de 979. Cependant, cette donation commença à être critiquée dès le XII° siècle, de nombreux érudits doutant de sa validité.

Plusieurs questions concernant cet acte restent donc en suspens. Ainsi, l'historicité de la donation de Constantin est-elle attestée ? Dans le cas contraire, quand ce texte fit-il son apparition, et dans quel but fut-il créé ?

http://www.histoire-fr.com/mensonges_histoire_donation_co...