07/05/2017

LE TEMOIN INVISIBLE

invisible 1.jpgQuatrième de couverture : A Montevideo, Leonid Sednev, âgé de 91 ans, décide avant de mourir de révéler le secret de sa vie.

Embauché en 1912 comme ramoneur au palais impérial de Russie grâce à sa tante Nina, ancienne femme de chambre de la tsarine, le petit Leonid sera jusqu'en 1918 le "témoin invisible" de l'intimité des Romanov et le seul survivant de l'épouvantable massacre d'Ekaterinbourg. Rien n'échappe à son regard tantôt ironique et curieux, tantôt amoureux et tendre, et plus d'une fois épouvanté. Avec son ami Yuri, il découvre le quotidien de l'impératrice et de ses filles, apprend quels sont les véritables commanditaires de l'assassinat de Raspoutine, console le jeune et fragile tsarévitch Alexis, assiste aux conspirations de palais, côtoie des agents secrets, avant d'être emporté par le tourbillon de l'histoire, le soulèvement de Petrograd puis la révolution d'octobre. Mais c'est en rejoignant la famille impériale dans son exil, que Leonid, serviteur loyal, secrètement amoureux de la grande duchesse Tatiana, livrera à l'histoire le plus déchirant des témoignages.

 

 

 

L'auteur : Carmen POSADAS

 

invisible 2.jpgNationalité : Uruguay, née à : Montevideo , le 13/08/1953

Biographie :

Carmen Posadas est une écrivaine uruguayenne, qui vit en Espagne.

En 1965, sa famille s’est installée à Madrid après avoir séjourné à Moscou, Buenos Aires et Londres où son père était ambassadeur.

 

Après une première partie de sa carrière dédiée dès 1980 aux ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse, qui lui valent le Prix du Ministère de la Culture, elle se tourne dernièrement vers le roman et le roman policier, avec un succès public important.

"Cinq mouches bleues" (Cinco moscas azules, 1996) est son second roman. "Petites infamies" (Pequeñas infamias), a remporté le prix Planeta 1998.

Elle est auteur de plusieurs essais de société salués par la critique, mais aussi de scénarios pour le cinéma et la télévision et d’une pièce de théâtre. En 2004, elle est la lauréate du Prix Apeles Mestres de Literatura infantil et en 2008 du Prix de Cultura de la Comunidad de Madrid.

En 2013, elle publie El testigo invisible (Le témoin invisible).

Ses livres ont été traduits en 25 langues dans plus de quarante pays.

 

 

Mon avis : Un bon roman historique, très bien documenté, historique avant d'être romantique.

L'auteur fait parler Leonid Sednev, un personnage qui a réellement existé, il est engagé d'abord comme ramoneur au palais impérial et ensuite marmiton, il a 13 ans, c'est le témoin invisible. Quelques heures avant le massacre à Ekaterinbourg du tsar Nicolas II, de la tsarine Alexandra, de leurs 5 enfants et de leurs serviteurs, séquestrés dans la maison Ipatiev à Tobolsk, il est envoyé soit disant appelé par un parent en ville ce qui lui sauvera la vie.

Ce roman décrit de manière assez précise la vie au palais impérial, les rapports du Tsar et de la Tsarine avec la population, l'influence de Raspoutine sur les  décisions du palais, les circonstances de la guerre 14-18, les conséquences de celle-ci, et  la révolution russe.

Le tout nous donne une histoire bien contée, passionnante jamais ennuyante. Les personnalités du Tsar, de la Tsarine, de leurs filles les grandes duchesses Anastasia, Olga, Tatiana et Maria, du tsarévitch Alexis sont très bien rendues, ce qui donne une idée assez convaincante de la vie à la cour de Russie. La similitude du destin de la reine Marie-Antoinette surnommée l'autrichienne par le peuple et de la tsarine Alexandra surnommée l'allemande. Sans oublier le fameux Raspoutine qui a eu une influence déterminante sur la Tsarine, les circonstances de sa mort bien éloignées de celles qu'on nous a toujours présenté.

Un roman qui donne une idée précise de la vie des Romanov, de leur mort même si on ne sait pas où commence la vérité et où finit la fiction.

 

En marge du livre : La tragédie de Khodynka

invisible 5.jpgLa tragédie de Khodynka est une bousculade qui eut lieu le 30 mai (18 mai) 1896 sur le champ de Khodynka, à Moscou, pendant les cérémonies accompagnant le couronnement de l'empereur Nicolas II de Russie. Elle fit 1 389 morts identifiés et environ 1 300 blessés. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trag%C3%A9die_de_Khodynka

Écrire un commentaire