03/09/2017

AU NOM DE TOUS LES MIENS

Martin 1.jpgQuatrième de couverture : De la guerre, le petit Martin connaîtra tout : les privations, les humiliations, la peur durant le temps passé au ghetto de Varsovie, l'horreur absolue des camps nazis à Treblinka, la fureur de vivre quand il s'en échappera caché sous un camion, l'abattement et aussi le suprême courage quand il apprendra qu'il a perdu tous les siens...

Et puisqu'il faut bien vivre, il s'engagera ensuite dans l'Armée rouge, puis partira aux Etats-Unis... Enfin la paix reviendra. Martin reconstruit alors sa vie et rencontre le grand amour en la personne de Dina. C'est dans le sud de la France, par une journée d'été éclatante, que le destin le blessera à nouveau - à mort - en décimant ceux qui lui sont le plus chers. Ce récit de vie, extraordinairement dramatique, a fait le tour du monde.

Traduit dans plus de vingt langues, adapté au cinéma par Robert Enrico (avec dans les rôles principaux Michael York et Brigitte Fossey), devenu ensuite un feuilleton, il continue à toucher des millions de lecteurs car son message de courage, mais aussi d'espérance, est universel.

 

 

 

Martin 2.jpgLes auteurs : Martin GRAY

Nationalité : États-Unis, né à  Varsovie , le 27/04/1922, mort à : Ciney , le 25/04/2016

Biographie :

Martin Gray, né Mietek Grayewski, est un écrivain franco-américain, d'origine polonaise, Juif, né à Varsovie le 27 avril 1922. Il est connu pour son livre Au nom de tous les miens, dans lequel il décrit une partie de sa vie et notamment le drame d'avoir perdu à deux reprises toute sa famille, d'abord dans les camps d'extermination nazis, puis dans l'incendie de sa maison dans le Sud de la France.

Le 1er septembre 1939, les nazis envahissent la Pologne. Martin Gray a alors dix-sept ans. Transféré dans le ghetto de Varsovie où son père travaille au Judenrat, il trouve le moyen d'en sortir en soudoyant des soldats nazis et devient ainsi un contrebandier. Plusieurs fois par jour, il fait des allers-retours pour ramener de la nourriture dans le ghetto grâce aux tramways. Lors d'une rafle, son père est attrapé pour être déporté. Grâce à ses connaissances, Martin lui sauve la vie en l'aidant à s'échapper.

Plus tard, sa mère, ses deux frères et lui-même sont déportés à Treblinka, où sa mère et ses frères sont exterminés immédiatement. Compte tenu de sa santé physique il n'est pas tué, et travaille dans divers kommandos, dont les sonderkommandos, qui sont chargés d'extraire les corps des chambres à gaz. Il réussit à s'échapper de ce secteur et à retravailler dans les secteurs de réception des déportés.

Il travaille alors dans un kommando chargé de trier le linge et de le charger dans les wagons. Il peut ainsi s'enfuir de Treblinka en se camouflant dans un wagon. De nuit, il se jette hors du train et traverse divers villages où il informe la population de ce qui se passe à Treblinka, mais personne ne le croit.

À son retour à Varsovie, il retrouve son père, qu'il croyait mort, mais qui sera abattu devant ses yeux, quelques jours après lors de l'insurrection du ghetto.

Il rejoint ensuite l'Armée rouge où il finit la guerre, et marche sur Berlin le 30 avril 1945.

Après la guerre, il décide d'aller rejoindre sa grand-mère maternelle à New York en 1947. Il s'y enrichit en vendant à des antiquaires américains des porcelaines et des lustres non antiques, qu'il fait fabriquer en Europe. Citoyen américain en 1952, il rencontre Dina en 1959 qui devient sa femme. Ils s'installent dans le Sud-Est de la France, à Tanneron, non loin de Mandelieu, où il devient exploitant agricole. Le 3 octobre 1970, lors de l'incendie du Tanneron, il perd sa femme et ses quatre enfants.

 

Martin5.jpgMax GALLO :

Nationalité : France

Né  Nice , le 07/01/1932, mort le : 19/07/2017

Biographie :

Max Gallo est un écrivain, historien et homme politique français, membre de l'Académie française depuis le 31 mai 2007.

Fils d'immigrés italiens, son père, originaire du Piémont, a quitté l'école après son certificat d'études, sa mère est originaire de la région de Parme, il vit en famille à Nice. Pendant la seconde guerre mondiale, son père rejoint la résistance. L'occupation et la libération vont marquer Max Gallo et lui donner le goût pour l'Histoire ; cependant que son père l'oriente vers des études techniques afin qu'il devienne fonctionnaire.

Il obtient d'abord un CAP de mécanicien-ajusteur, puis un baccalauréat mathématiques et technique au lycée du Parc-Impérial. À 20 ans, il entre dans la fonction publique comme technicien à la RTF, puis il part à Paris pour suivre des cours afin de devenir contrôleur technique. En parallèle, il suit des études d'histoire. En 1957, en pleine guerre d'Algérie, il fait son service militaire comme météorologiste au Bourget où, avec Jean-Pierre Coffe, il fonde un journal antimilitariste.

Reçu à Propédeutique lettres, il est maître auxiliaire à Chambéry et après l'agrégation d'histoire, en 1960, professeur au lycée Masséna. Docteur en histoire, il devient maître-assistant à l'université de Nice et en 1968, enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris.

Écrivain à succès fécond, il a publié un grand nombre d'ouvrages, souvent à fort tirage. Ses premiers romans, qu'il qualifie de « politique-fiction », seront publiés sous pseudonyme : Max Laugham.

Dans un style littéraire qu'il appelle lui même « romans-Histoire », qui consiste à s'appuyer sur les ressources historiques en y ajoutant son expérience personnelle et son ressenti par rapport aux événements, il fait de l'histoire un roman.

 

 

Mon avis : "Martin Gray a voulu qu'un livre rende hommage à la mémoire de ceux qu'il a perdus, à la mémoire aussi de tous ceux qui ont disparu comme les siens. Son récit, recueilli par Max Gallo, est l'un des plus bouleversants qui se puissent Lire."

Si c'était un roman de fiction, j'aurais sans doute estimé que tout est un peu exagéré, ce jeune héros qui se sort de toutes les situations et qui échappe à la mort tant de fois et de quelle façon.

Pourtant c'est un récit autobiographique, un récit bouleversant, émotionnant qui ne cache rien de la barbarie de cette époque. Une barbarie décrite dans ses moindres détails, une barbarie inimaginable.

Un récit qui ne se critique pas.

Ce livre vient s'ajouter à beaucoup d'autres témoignages de la Shoah, ce n'est pas le premier que je lis, mais c'est sans doute celui qui m'a le plus bouleversé. on ne saurait trop le conseiller aux futures générations pour que toute cette horreur ne soit jamais oubliée.

C'est aussi un livre sur la volonté, l'audace et le courage, sur la fureur de vivre sans laquelle Martin Gray ne s'en serait jamais sorti.

Un récit que je ne suis pas prêt d'oublier.

Certains affirment que Martin Gray n'est jamais allé à Treblinka, certains se sont rétractés, qu'importe s'il a vécu ou non tout cela, qu'importe si Max Gallo a peut être ajouté à l'histoire, il faut retenir que tout a malheureusement existé.

 

En marge du livre : Le Ghetto de Varsovie .

http://www.vanupied.com/varsovie/varsovie-atmosphere/ghetto-de-varsovie-de-sa-creation-a-l-insurrection.html

Martin 3.gifLe ghetto se situe au centre de la ville de Varsovie. Il est initialement composé de deux parties, le grand ghetto et le petit ghetto, reliées par un pont en bois. Le tout est entouré de 18 kilomètres de murs hauts de plusieurs mètres et de fil de fer barbelé. Dans cette enceinte d’une superficie d’environ 300 hectares, on compte 128 000 habitants au km² contre 14 000 environ dans la Varsovie non juive. La population du ghetto, 381 000 personnes enregistrées en janvier 1941, atteint 439 000 en juin 1941 pour retomber à 400 000 en mai 1942. Ces différences peuvent s'expliquer par l'arrivée de nombreux réfugiés et la surmortalité qui prévaut dans le ghetto. Seul lien avec l’extérieur, un tramway réservé aux Polonais non-juifs traverse le lieu. À peu près 80 000 personnes meurent entre novembre 1940 et juillet 1942 sans déportation ni fusillade.

En été 1942 commence le « repeuplement vers l'est », qui est en fait la déportation vers le camp de TREBLINKA, situé à 80 kilomètres au nord-est de Varsovie. Lancée dans le cadre de l'Aktion Reinhard, elle débute le 22 juillet. Pendant huit semaines, entre 6 000 et 8 000 personnes sont déportées tous les jours. Les rafles se font de jour comme de nuit, aussi bien dans les habitations que dans les usines, où il est plus facile d'arrêter les Juifs. Ceux-ci sont ensuite conduits vers la Umschlagplatz, la gare de triage de Varsovie. Cette première vague de déportations vers les camps de la mort ramène la population du ghetto à 70 000 habitants.

 

15:49 Publié dans Livre | Tags : martin gray, guerre, shoah, juif | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire