20/09/2017

LA 6ÈME EXTINCTION

extinction 1.jpgQuatrième de couverture : Depuis l'apparition de la vie sur Terre, il y a eu cinq extinctions massives d'espèces. Aujourd'hui, les scientifiques estiment que notre planète est en train de vivre la sixième, la plus dévastatrice depuis la disparition des dinosaures.

Tous les jours, sous nos yeux, parfois même dans notre jardin, des espèces s'éteignent. Mais cette fois, c'est l'homme, et l'homme seul, qui en est la cause.

Pour prendre toute la mesure du moment critique que nous sommes en train de traverser, Elizabeth Kolbert se livre à une enquête passionnante sur la grande histoire de la vie terrestre, en remontant aux découvertes de Cuvier et Darwin, et le péril imminent qui la guette. Des îles du Pacifique jusqu'au Muséum d'histoire naturelle de Paris en passant par la forêt amazonienne, elle part à la rencontre des scientifiques de terrain qui enregistrent chaque jour de nouveaux indices d'une réalité qu'on ne peut plus nier.

Avec ce livre majeur, salué dans le monde entier comme un événement, Elizabeth Kolbert signe d'une plume alerte et lumineuse le reportage le plus saisissant sur le sujet. Elle montre que l'humanité ne peut plus ignorer la crise environnementale, au risque de disparaître à son tour.

 

 

extinction 2.pngL'auteur : Elisabeth KOLBERT

Nationalité : États-Unis, née à : New York , 1961

Biographie :

Elizabeth Kolbert est journaliste au New Yorker, où elle suit les questions d’environnement, publie des portraits politiques et des critiques de livres. Elle est notamment l’auteur de "Field Notes from a Catastrophe", consacré au changement climatique et a contribué à de nombreux ouvrages collectifs, dont "Parures d’océan. Poissons et cétacés d’hier", traduit en français aux éditions Assouline.

Elle a reçu le prix Pulitzer 2015 pour "La 6ème extinction, comment l'homme détruit la vie."

 

Mon avis : En général un livre à caractère scientifique est assez souvent difficile d'accès, ce n'est pas le cas de celui-ci qui se lit véritablement comme un roman policier. Au travers de 13 chapitres tous intéressants, souvent étonnants voire effrayants, l'auteur remonte dans le temps et nous emmène aux 4 coins du monde pour nous présenter des cas précis d'extinctions. Des mastodontes aux rhinocéros de Sumatra en passant par les chauves-souris, les ammonites ou encore les dinosaures sans oublier un de nos ancêtres, l'homme de Néandertal disparu environ 30000 ans avant notre ère.

 Elle nous explique clairement les causes de ces extinctions, les glaciations, les collisions avec d'énormes météorites, les changements climatiques, l'acidification des océans et surtout l'influence de l'homme sur toutes les extinctions en cours et à venir.

Un livre qui n'est jamais rébarbatif qui est toujours compréhensible, bien documenté et qui met en évidence les dangers de nos habitudes de vie.

L'homme sera t-il lui même responsable de la destruction de son cadre de vie ? Si rien ne change c'est une possibilité envisageable.

Un livre à mettre dans toutes les mains, un livre qui nous aide à prendre conscience de la gravité de la situation en matière d'environnement.

 

 

En marge du livre : Syndrome du museau blanc chez les chauves-souris

Un des chapitres du livre concerne les disparitions massives de chauve-souris, en cause la maladie du museau blanc.

 extinction 5.jpg

Qu’est-ce que le syndrome du museau blanc ?

En 2006, un champignon microscopique a été introduit d’Europe dans une grotte touristique près de la ville d’Albany dans l’ État de New York. Cette introduction a conduit à l’apparition en Amérique du Nord du syndrome du museau blanc (SMB), une infection fongique qui cause un des déclins les plus fulgurants jamais observés chez un groupe animal.

Jusqu’à tout récemment, le mycète qui colonise la peau des chauves-souris était encore inconnu. Toutefois, un groupe d’experts américains a récemment identifié ce mycète en tant que nouvelle espèce de champignon qui porte maintenant le nom de Pseudogymnoascus destructans.

Cet organisme, qui croit généralement dans les milieux froids et humides, peut se développer sur les chauves-souris en hibernation et s’introduire dans les tissus des animaux, et ce, même si ces derniers sont vivants. Puisque les chauves-souris cavernicoles hibernent dans des endroits favorables à la croissance du mycète et qu’elles doivent abaisser leur température corporelle afin d’entrer en torpeur pour l’hibernation, elle deviennent alors à la merci du champignon qui pourra ainsi croître sur elles. Surtout que durant l’hibernation leur système immunitaire est aussi en torpeur!

http://chauve-souris.ca/le-syndrome-du-museau-blanc

 

Écrire un commentaire