02/10/2017

LE COMPLEXE D'EDEN BELLWETHER

Eden 1.jpgQuatrième de couverture : Cambridge, de nos jours. Un soir, en passant dans le campus après le travail, Oscar, aide-soignant,  est attiré par les sons de l'orgue provenant de la chapelle de King's College. Subjugué malgré lui, il ne peut maîtriser un sentiment d'extase. Dans l'assemblée, une jeune femme capte son attention. Iris n'est autre que la sœur de l'organiste prodige, Eden Bellwether. Introduit par Iris dans leur cercle d’amis, Oscar va découvrir la passion exclusive d’Eden pour la musique baroque et ses conceptions étranges sur l’usage hypnotique de son art.

Un premier roman magistral sur les frontières entre génie et folie, la manipulation et ses jeux pervers.

 

 

 

 

 

 

 

Eden 2.jpgL'auteur : Benjamin WOOD

Nationalité : Royaume-Uni

Biographie :

Benjamin Wood, né en 1981, a grandi dans le nord-ouest de l’Angleterre.

 

Son livre "Le Complexe d'Eden Bellwether" connait un grand succès et il a été bien accueilli par la critique et a obtenu le Prix roman "FNAC" 2014.

 

Mon avis : Eden Bellwether est un être étrange, soit un génie, soit un malade mental, organiste hors pair, la musique baroque n'a pas de secret pour lui,  étrange et mystique, il prétend soulager la douleur voir guérir par la musique, il est persuadé qu'il détient un pouvoir particulier.

C'est dans cet univers que l'auteur nous entraîne, la musicothérapie, l'hypno thérapie, la psychiatrie et il maîtrise son sujet de main de maître. Le décor : typiquement anglais, l'université de Cambridge, les étudiants bourgeois de bonne famille, une famille très aisée et Oscar, aide soignant qui a quitté l'école pour quitter sa vie de famille et commencer une nouvelle vie.

Dans un style fluide, Benjamin Wood arrive à nous tenir en haleine tout au long des pratiquement 500 pages du récit, un genre de thriller psychologique mais sans véritable suspens.

Un premier roman très abouti, même si je ne comprendrai jamais pourquoi il faut révéler l'issue dans un prélude de 2 pages qu'on oublie heureusement rapidement. J'ai été moins convaincu par la fin de l'histoire, comme si l'auteur avait quelques difficultés à y mettre le point final.

L'auteur s'est inspiré de textes sur  la personnalité narcissique, sur l'esthétique musicale et sur un article de Andi Rierden concernant l'hypnose.

Benjamin Wood cite John Dryden : "Les grands esprits sont sûrement de proches alliés de la folie, et de minces cloisons les en séparent."

Un livre attachant et comme dit Marine Landrot dans Télérama : "Un livre diabolique, impossible à lâcher".

 

 

Eden 5.jpgEn marge du livre : La musicothérapie

La musicothérapie utilise le son et la musique sous toutes ses formes, en tant que moyen d'expression et de communication. Elle a pour but de rétablir et de maintenir la santé psychique et physique. Il s'agit d'une approche globale qui met en jeu le corps, la sensorialité, l'affectivité ainsi que les facultés intellectuelles et mentales.

En musicothérapie, le son et la musique constituent les médiateurs dans la relation entre le patient et le musicothérapeute. Le recours à l'expression musicale distingue la musicothérapie des autres formes de thérapie. Cette particularité se fonde, entre autres, sur les qualités de pénétration et de contact du son, tels que rythme, mélodie, etc ; sur ses effets physiologiques ; sur son pouvoir d'évocation, d'association et d'éveil des émotions ; sur son potentiel de stimulation de la créativité et d'accès à une dimension spirituelle.

http://www.convergences.ch/?sit=musico

 

Écrire un commentaire