05/10/2017

LES DÉLICES DE TOKYO

Tokyo 01.jpgQuatrième de couverture : « Écoutez la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayakis, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

Prix des lecteurs du "livre de poche" 2017.

 

 

 

Tokyo 02.jpgL'auteur : SUKEGAWA Durian

 

Nationalité : Japon, né à  Tokyo , 1962

Biographie :

Artiste éclectique, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'École de pâtisserie du Japon. D'abord scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique.

De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens.

Il est l'auteur de nombreux romans et essais. "Les délices de Tokyo" est son premier livre traduit en français. Il a été adapté pour le cinéma par Naomi Kawase.

 

 

 

Mon avis : Une belle histoire, un peu comme un conte philosophique, un roman qui se consomme calmement comme les fameux dorayakis de Sentarô.

Un roman empreint de douceur et d'humanité, de poésie et de tendresse, une belle leçon de vie. Pas de sexe, pas de sang, ni hypocrisie, ni perversité, un roman tout en délicatesse, un roman d'amitié, de tristesse, d'espoir et de tolérance.

C'est court, c'est vite lu, c'est touchant, sans doute aurais-je aimé des doryakis un peu moins guimauve et un peu plus salés.

 

Tokyo 05.pngEn marge du livre :

Le film tiré du livre a fait l'ouverture de la section "un certain regard" à Cannes en 2015.

 Naomi Kawase signe une ode à la cuisine et la vie, en toute simplicité. Délicieux.

Les délices de Tokyo", dixième long métrage de Naomi Kawase, a la saveur de la gâterie culinaire qui lui donne son titre original, en japonais : "An". L’"an" est cette pâte confite de haricots rouges dont sont friands les Japonais et avec laquelle les pâtissiers nippons fourrent les dorayakis, petites crêpes épaisses. A l’instar de l’écriture de Sukegawa, simple et sans fioriture, la mise en scène de Kawase est limpide et claire. Ce qui n’exempt pas la poésie, avec un art consommé de la contemplation de la nature, des choses et des êtres. Le recours à des images muettes filmées en Super 8 reflète la tempérance de la méditation intérieure, qui sied bien au propos comme à la figure de Tokue. La réalisatrice signe ce qui est à ce jour son film le plus accessible au grand public - et au public familial. Garanti sans arôme artificiel, durable et à consommer sans modération.

Bande annonce du film : https://youtu.be/k_ySsqUptJs

Écrire un commentaire