10/12/2017

LA SOLITUDE DES NOMBRES PREMIERS

roman, Paolo Giordano, solitude, mal-être, ItalieQuatrième de couverture : Elle aime la photo, il est passionné par les mathématiques. Elle se sent exclue du monde, il refuse d'en faire partie. Chacun se reconnaît dans la solitude de l'autre. Ils se croisent, se rapprochent puis s'éloignent, avant de se frôler à nouveau. Leurs camarades de lycée sont les premiers à voir ce qu'Alice et Mattia ne comprendront que bien des années plus tard : le lien qui les unit est indestructible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

roman, Paolo Giordano, solitude, mal-être, ItalieL'auteur : Paolo GIORDANO

Nationalité : Italie, né à : Turin , le 19/12/1982

Paolo Giordano est un écrivain italien contemporain. Il vit à San Mauro Torinese dont il est originaire. Son père est gynécologue et sa mère enseignante d'anglais.

Diplômé au Lycée scientifique public « Gino Segré », à Turin, il présente une thèse en physique des interactions fondamentales à l'Université de Turin, où il étudie les propriétés des quark bottom.

Auteur du roman La solitudine dei numeri primi (La Solitude des Nombres Premiers ) édité par Mondadori en janvier 2008, il remporte la même année le prix Campiello « première œuvre » et le prix Strega : à 26 ans, il devient le plus jeune auteur à avoir été couronné pour ce prix important de la littérature italienne.

 

Mon avis :  "Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux mêmes. Ils occupent leur place dans la série infinie des nombres naturels, écrasés comme les autres entre deux semblables, mais à un pas de distance. Ce sont des nombres soupçonneux et solitaires, raison pour laquelle Mattia les trouvait merveilleux. Il lui arrivait de se dire qu'ils figuraient dans cette séquence par erreur, qu'ils y avaient été piégés telles des perles enfilées. Mais il songeait aussi que ces nombres auraient peut-être préféré être comme les autres, juste des nombres quelconques, et qu'ils n'en étaient pas capables. Cette seconde pensée l'effleurait surtout le soir, dans l'entrelacement chaotique d'images qui précède le sommeil, quand l'esprit est trop faible pour se raconter des mensonges."

Cet extrait résume on ne peut mieux le thème principal du livre, le mal vivre, la solitude des gens différents. Mattia est un surdoué, traumatisé par la disparition de sa soeur jumelle handicapée, réfugié dans l'abstraction des mathématiques, Alice est traumatisée par son handicap physique suite à un accident de ski, elle est anorexique, ils ne trouvent pas leur place dans la société, ils vivent dans leur bulle. Le roman se décline en 5 périodes de la vie de Mattia et Alice, de l'adolescence à l'âge adulte, c'est dans un style concis et incisif que l'auteur conte ce récit, pas besoin de longues description, le ton est simple, percutant, direct.

D'autres thèmes viennent s'ajouter superficiellement à ce récit, le harcèlement à l'école, l'homosexualité, l'automutilation.

Un excellent roman qui se dévore rapidement.

 

En marge du livre : Les signes du mal-être des adolescents

Coup de blues, cafard, déprime, moral dans les chaussettes… Certains parents ont tendance à amoindrir, voire sous-estimer le ressenti de leur ado dans une période où il connaît de profonds changements physiques et psychologiques. « Ce n’est pas grave, ça ira mieux demain. Pense à ton bac, à tes examens… »

Pourtant, les idées noires ne sont pas à prendre à la légère. Chez les jeunes les plus fragiles, elles peuvent conduire à une véritable dépression ou à commettre un acte irréparable pour mettre un terme à leur souffrance.

http://www.lemauricien.com/article/souffrance-les-signes-du-mal-etre-des-adolescents

 

Un film a été tiré de ce roman :La solitude des nombres premiers

solitude 03.jpgDe Saverio Costanzo, avec Alba Rohrwacher, Luca Marinelli, Martina Albano

Synopsis : 1984, 1991, 1998, 2007. Autant d'années qui séparent la vie de Mattia et d'Alice. Deux enfances difficiles, bouleversées par un terrible événement qui marquera à jamais leur existence. Entre leurs amis, leur famille et leur travail, Mattia et Alice sont malgré eux rattrapés par leur passé. La conscience d'être différent des autres ne fait qu'augmenter les barrières qui les séparent du monde, les menant à un isolement inévitable, mais conscient.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19196275&a...

Écrire un commentaire